Exposition

Norvège, Architecture nature

Alyssia Paul

Parfois il n’y a pas besoin de mots pour comprendre. Ici en Norvège j’ai compris. J’ai compris que la nature et l’architecture se complétaient, que l’une essayait de servir l’autre dans des conditions climatiques et environnementales en plein changements. J’essayais de comprendre et je contemplais. Au travers de mon objectif, au travers de mes yeux j’ai observé, j’ai capturé. Un mois, seule, dans un pays inconnu tel était le projet de cet été 2019. Photographe argentique et numérique à mes heures perdues et ayant une réelle fascination pour la nature et l’architecture, j’ai voulu observer le lien entre les deux, comment ils interagissent ou au contraire se distinguent, comment les constructions s’adaptent à la topographie de ce pays entre lacs et montagnes et comment la nature surgit. La Norvège s’est alors dévoilée.

Accès libre, Garadjo

Exposition

Russie, Mongolie : Entre temps et espaces

Meret Kraft

Avec sa deuxième bourse Zellidja, Masha a  entamé un voyage en Russie, qui l’a finalement amenée jusqu’en Inde, en traversant les portes géographiques et montagneuses de l’Oural, les grandes contrées sibériennes, les steppes, la beauté et la chaleur des mongols, puis le désert de Gobi, les villes croulant sous le poids des personnes et des bruits chinoises, l’Himalaya et le Népal.. un voyage clé dans sa vie – une redécouverte d’espaces et de gestes, qui rythment les quotidiens et les cultures. Un voyage à découvrir par des images et des vidéos.

Accès libre, presbytère

Exposition

Inquiétante Himalaya

Simon Parcot

Inquiétante Himalaya est une petite exposition qui évoque la marche de Simon Parcot au Népal, dans la vallée du Khumbu en Mars 2019. A travers ses photos et sa carte-carnet, Simon nous parle d’une Himalaya dure, mystérieuse et fantasmée. Il nous montre que le paysage a aussi une altérité qu’il nous faut apprivoiser. Actuellement professeur de philosophie, Simon est aussi un jeune écrivain, passionné de marche et de mots. Lors du festival, il co-animera la rando-philo et présentera son livre à propos de son pèlerinage sur Compostelle en 2017.

Accès libre, bibliothèque

Concert festif d’expérience

Z Fabulous Orchestra

Le Z Fabulous Orchestra chante, danse, et vous fait voyager aux quatre coins de la planète, avec des musiques colorées et généreuses. 

Nous nous saisissons de la musique comme d’un langage universel ; de nos pouces comme du meilleur moyen de transport et de rencontres ; et des gens que l’on croise comme des plus fantastiques programmateurs ! Alors restez aux aguets, nous pourrions bien débarquer sur votre place de village, dans votre rue, dans votre festival favori, ou … chez vous !

21h, salle des fêtes

Projection

Saltimbanques, Espagne

Sidonie Couenel

Granada, Andalousie. A 21 ans, portée par la découverte des différents mondes qui composent cette ville, Sidonie part à la rencontre d’une philosophie de vie : saltimbanques. Ce titre n’est pas exclusivement réservé à ceux qui vivent en camion ou dans une grotte. A ceux qui jouent de la guitare en chantant dans la rue. A ceux qui vendent des bracelets en cuire sur une placette. A ceux qui arborent le nez rouge. A ceux qui chantent des textes engagés. A ceux qui manifestent pour notre liberté d’expression. A ceux qui mettent de la peinture un peu partout pour donner des couleurs au monde. A ceux qui récupèrent des restes de paella excellente dans un restaurant… Le saltimbanque est simplement celui qui s’émerveille au quotidien. Qui apprend et transmet. Qui évolue. C’est ça le mouvement. « Dans l’univers, tout bouge. » Vivre en mouvement autant qu’observer le mouvement du monde. Pour cela, il faut s’avoir s’arrêter. Le saltimbanque maîtrise la pause, tout comme le musicien maîtrise le silence. Apprend à écouter le rythme. De soi et de l’autre. Parce que ça fait du bien.

18h-19h, presbytère

Conférence croisée et projection

Vélo et rencontres aux Pays Bas : ce que l’on crée, histoire de liens

Claude Marthaler et Léa Dal Zilio

unnamed copie

Même gonflés à bloc, on n’évite pas les coups de pompes. Léa et Claude vous invitent à découvrir les surprises et les secrets du voyage à vélo.

« L’été dernier, Léa  est partie un mois au Pays-Bas grâce à la fondation Zellidja à la rencontre des entrepreneurs sociaux. Ceci est une retranscription d’un voyage à vélo, plutôt lent, mélangé avec des moments de ville, de vie, d’intensité. De grandes questions sur la vie aussi, et ce genre de choses… De beaucoup de rencontres, rencontres de quelques heures, quelques jours parfois, au rythme de ses coups de pédale. Du bourdonnement de villes cosmopolites comme Amsterdam, Rotterdam et Eindhoven à la campagne hollandaise elle s’est déplacée entre autant de façons de voir le monde, de le rêver, de le refaçonner. »

7 ans à vélo autour du monde. Parti pour 2 ans à travers l’Eurasie et quelques-unes de ses montagnes, jusqu’au Japon, le voyage de Claude s’est prolongé naturellement. Dans le rétroviseur, il aime à voir son “tour du monde” à la manière du “chef d’oeuvre” des compagnons du Tour de France. Il s’agit de l’œuvre imposée à un apprenti-compagnon pour pouvoir passer maître en devenant compagnon-fini. Le chef-d’oeuvre ne pouvait être commencé qu’après 7 ans d’apprentissage.  Sans doute la durée de sa boucle terrestre – le temps d’un cycle – fut-elle aussi une forme de déprogrammation et une initiation qui lui aura permis de vivre de sa passion, notamment par l’écriture. Un esquisse éphémère sur l’écorce terrestre.

17h30-19h, salle des assos

Goûter Zéro déchet

Alexis Point

Alexis, du haut de ses 19 ans, s’est lancé pour son deuxième voyage Zellidja, celui de voyager Zéro Déchet pendant un mois en Suède. Ce défi, c’était une nouvelle occasion de partir à la rencontre de ceux qui s’engagent au quotidien. Rencontre auprès des personnes, des associations, d’un eco-village, d’une association, des élèves et pleins d’autres… Loin d’être un expert dans la matière, Alexis voulait surtout se prouver qu’il y avait d’autres alternatives, celle de vivre avec moins mais mieux. Quelques cours de couture, des échanges en amont et quelques expériences personnelles, c’était tout ce qu’il avait en poche. C’est équipé d’un simple sac en tissu qu’il se lance à l’aventure. L’objectif ? Consommer le moins de déchets possibles et de mettre l’inévitable dans ce « sac poubelle » devenu l’un de ses plus beau souvenir de voyage…

16h, place du village